17/10/2007

LE JEUDI A OSTENDE DE COLETTE CAMBIER

(nouveau 17/10/2007)

 

ENTRETIEN

AVEC L'ECRIVAIN

MADAME COLETTE CAMBIER

INVITEE D'HONNEUR

DE LA 13EME EDITION DE

TOURNAI LA PAGE

QUI SE DEROULERA EN LA HALLE AUX DRAPS 

DU SAMEDI 10 NOVEMBRE 2007 10h00
AU DIMANCHE 11 NOVEMBRE 2007 18h00
 ET QUI Y SIEGERA EN QUALITE DE MEMBRE DE JURY
 
Tournai, comme vous avez pu le remarquer compte des richesses dans tous les domaines possibles et imaginables.
 
Au niveau de la Culture, et plus particulièrement la littérature, l'on compte parmi la cité des écrivains de qualité et de réputation.
 
Nous allons vous narrer ici, l'existence d'un écrivain riche à plus d'un titre.
 
La preuve c'est que dans le cadre de la 13eme édition de Tournai La Page qui se déroulera du samedi 10 novembre 2007 à 10H00 au dimanche 11 novembre 2007 à 18H00, cette auteure sera présente en qualité d'invitée d'honneur et siègera également comme membre de jury pour cette 13eme édition de Tournai La Page.
 
Au niveau de cette 13eme édition de Tournai La Page, si nous voulons être complets, trois personnalités seront mises à l'honneur : Paul André, Colette Cambier et Louis Donat Casterman.
 
Cette édition sera parrainée par Madame Madeleine Carcano (Marraine) et Monsieur Paul Roland (Parrain)
 
Nous avons eu  l'opportunité, dans le cadre d'une séance de dédicasse, en la librairie "De Callonne" située sur la Grand Place de Tournai qui s'est déroulée le samedi 29 septembre 2007, de rencontrer Madame Colette Cambier qui a eu l'amabilité de nous livrer l'entretien qui suit :
 
MADAME COLETTE CAMBIER

 

Madame Colette Cambier

 

"Je fais partie d'une famille Néerlandophone, en fait, et je suis arivée au Tournaisis à 11 ans.

 

Je ne pense que je n'ai pas mesuré vraiment l'impact que ça pouvait faire sur une vie, mais peut être quarante ans après, je me suis dit, oui, cela a de l'importance de retrouver un  peu ses racines.

 

Et donc, j'ai commencé à écrire.

J'écris depuis toujours.

J'anime des ateliers d'écriture depuis 20 ans.

Ce n'est pas une nouveauté, pour moi l'écriture.

Mais, il se fait que trois quatre ans, j'ai commencé à écrire spontanément, il faut se laisser faire par l'écriture. Et que je me suis dit, tiens, cela pouvait faire partie, donner matière à un livre.

 

Mais mon idée, c'était plutôt  faire un peu de transmission pour la famille, mes enfants, pour mes soeurs plus jeunes

et puis, quand ça s'est développé, cela intéressera peut être un public plus large.

 

Et voilà donc, je l'ai présenté à Francis Delmarque qu'il l'a accepté tout de suite. Ce n'était pas un problème."

 

C'est votre dernier ouvrage ?

 

"C'est mon premier, mon dernier, non, en fait j'ai édité des nouvelles avant.

 

Mais pas toute seule, chaque fois dans des collectives, j'ai déjà présenté deux fois des nouvelles à La Comédie Française.

Cela c'est mon premier ouvrage, seule et de taille."

 

En quelques lignes, le sujet ?

 

"C'est une histoire de famille qui se passe sur une centaine d'années, en Flandre. C'est une famille Ostendaise. Je parle de personnes que j'ai connues dans les années cinquante et soixante."

 

Est-ce une autobiographie ?

 

"Non, pas du tout, je ne parle pas de moi. Juste pour témoigner un petit peu de ce que c'était. Voilà, je me suis interrogée un moment donné parce que ces gens avaient un mode de vie tellement différent de ce que nous pouvions connaître à notre époque contemporaine, très statique, une minorité comme, on pouvait en connaître avant 14.

 

Et donc, j'ai voulu comprendre un peu, ce qui s'est passé là, et pourquoi, il avait un modèle tellement différent, et en même temps, pourquoi on était encore tellement attaché et peut être ce qu'on avait encore d'eux.

 

Cela, ce ne sont pas des choses que je dis dans le livre, parce que je ne pense pas que cela intéresse tout le monde.

 

Mais, c'est sans doute un effet du livre, plutôt.

 

Et voilà, donc, je suis remontée un petit peu à la source, et j'ai fait des tas d'enquêtes, à la foi de revoir des gens que nous connaissions là-bas.

 

C'est une famille, et alors les servantes, les jardiniers, les gens du village, les médecins, les chasseurs, un peu tout le monde, j'ai dû faire beaucoup de recherches généalogiques à Ostende, au centre des familles.

 

Et donc, j'ai été écrire sur place, parce que je trouve très important d'écrire sur place, et cela donne une saveur et tout à fait particulière à l'écriture.

 

Et donc, voilà, j'ai redécouvert des choses. 

 

Puisqu'au début quand j'ai écrit sur  eux, il n'y a rien à dire.

 

Puis je suis revenu à cela, c'est quelque chose qui a fondu.

 

J'ai enlevé les neuf dixièmes de ce que j'ai écrit.

 

Voilà, c'est vrai que l'écriture porte et que je dirais que ce n'est pas des questions d'imagination ou d'avoir un projet, je vais dire ça et ça, mais au fur et à mesure que j'écris des choses arrivent et se développent et s'étayent les unes sur les autres.".

 

En fait, dans quelle maison d'édition vous êtes ?

 

"Castor Astral, c'est une maison qui a trois têtes directrices, à Bordeaux, à Paris, à Bruxelles et qui édite sur la Communauté Française de Belgique, la France et le Québec."

 

A oui, quand même !

 

"Ah, oui, oui, ce n'est pas une toute petite maison, effectivement. Mais, en tout, c'est une maison qui a la réputation de produire de très bons textes littéraires, et c'est  cela qui m'avait attirée"

 

Ah, c'est vous qui l'avez contactée ?

 

"J'ai présenté, mon livre et il a été accepté, mais, c'est celui là que j'aurai voulu. J'ai été éditée par celui que je préférais".

 

Au vu de l'entretien que nous avons livré dans l'intégralité, pour ceux qui seraien intéressés de se procurer ce livre, veuillez trouver ci-dessous deux clichés le représentant :

 

COUVERTURE DU LIVRE LE JEUDI A OSTENDE

 

 

DOS DU LIVRE LE JEUDI A OSTENDE

 

 

CHAPITRE 13 : TOURNAI ET LA CULTURE

 

TABLE DE MATIERES PAR CHAPITRE

 

DEBUT BLOG 

 

 

16:21 Écrit par LES TROIS J DE TOURNAI dans Tournai et la Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.